militants
S'ORGANISENT CONTRE LAORGANISONS-NOUS SANS CENSURE ET POUR UN AVENIR MEILLEUR. LA LIBERTE COMMENCE ICI.
Des civils autodidactes/entrepreneurs/ingénieurs rejoignent le mouvement. Nous développons ce site en urgence contre la censure globale et la répression menée par le gouvernement Français. Dans l'urgence, n'ayez pas d'inquiétude pour les bugs. Restez connecté et informé.
Vous êtes sur un site développé par des civils entrepreneurs, vos données privées sont protégées et confidentielles et ne seront en aucun cas partagées en dehors de cette plateforme.


SITE OFFICIEL APARTITE
En ligne depuis le 20 Novembre 2018
PLATEFORME D'INFORMATION ET D'ORGANISATION
Notre union est notre force
Notre organisation fera la différence
We are the New Generation, we have the power of change, we are the sons of technology, and we are creating the future.

  militants


En collaboration avec


Référendum d'Initiative Populaire

78%
des Français soutiennent le mouvement des gilets jaunes
+1000
Merci
@Louis
17 ans
FullStack Developper
@David
40 ans
Developper & Security Analyst
@Jérémy
28 ans
Main Technology FullStack Developper
Nous recherchons toujours des bénévoles ou collaborateurs, toutes compétences, contactez-nous:
[email protected]
Actualités
Actualités
ORGANISATIONNISATION
0
actions organisées en France aujourd'hui
0
manifestants aujourd'hui dans toute la France.
23
actions totales à venir.

FLASH INFO Actualités
27-04-2019 Pour la suite : Le développement de ce site est actuellement interrompu pour concentrer les forces sur la construction de 2 projets dans l'objectif de réunir l'opinion public autour d'une même idée, de contrer le pouvoir ultra riche actuel et d'élargir grandement le champ d'impacte des futures décisions citoyennes. En vous incrisvant sur ce site, vous serez tenu informé de la suite par e-mail. Merci pour votre soutien et votre patience. On ne lâche rien. 24-01-2019 Rappel : Ce site web est complètement indépendant ! Nous ne sommes en lien avec aucun parti politique ou syndicat. Nous ne cautionnons pas les violences.
(Vous êtes sur le terrain ? Vous êtes disposé à diffuser en live ? Contactez : [email protected])
LIVE VIA FACEBOOK

FBCANAL 1
EN DIRECT
BORDEAUX

FBCANAL 2
EN DIRECT
BORDEAUX

FBCANAL 3
EN DIRECT
PARIS

FBCANAL 4
EN DIRECT
PARIS

(Toutes les anciennes vidéos ont été archivées par nos soins, elles seront bientôt toutes disponibles dans une futur section archive) -->

- La vérité absolue, ouvrez les yeux ! -

Les francs maçons, tout comme leurs maîtres dont ils sont aujourd'hui esclaves: les élites sionistes/illuminati et de leur puissance technologique numérique, sont le virus de notre démocratie. Nous, citoyens, ne sommes que leurs profanes. Rien de plus que des esclaves 2.0 contrôlé par l'argent, la technologie, le sexe et la drogue.

Depuis plus de 250 ans, ces sectes contactent toutes les personnes inffluentes (même comme nous dans l'ombre) pour les inciter à les rejoindre et les servir. (Ce que nous avons toujours refusé et refuseront toujours.)
Ces sectes sont mêmes aujourd'hui infiltrés dans les équipes de certaines personnes médiatisées du mouvement des gilets jaunes...(nous ne citerons pas de nom tant que les preuves ne seront pas réunies)


Nous avons été contacté à seulement 15 000 membres inscrits émancipés des technologies élitistes. Imaginez pour les personnes bien plus inffluentes sur les réseaux sociaux...(et qui ne veulent pas en parler ?)



Dans la vidéo suivante, remarquez le lapsus révélateur fait par macron :
Il allait dire "Depuis que je suis entré dans la loge, je vis ça comme une mission", il s'est rattrapé et dit plutôt :
"Depuis que je suis entré dans laeuhhh.... champ politique (*non de la tête*), je vis ça comme une mission."

Cette révolution est voulu, les riches et ultras riches se battent dans les hautes sphères de la pyramide capitaliste et sectaire,
à l'heure de l'instauration d'une nouvelle monnaie mondiale et son de nouveau gouvernement mondial composé de financiers et lobbyistes organisés par les sectaires ultra-riches.


Couverture de The Economist en 1988 (soit 30 ans en arrière), Magazine britannique détenu principalement par la famille Rothschild.
Remarquez la date '2018' sur le médaillon, et le titre, en anglais : "Soyez prêt pour une monnaie mondiale".
The Economist 1988
Actualités depuis


dimanche 26 mai
Les listes Gilets jaunes réunies font 1% des voix : un résultat prévisible ?
Preview Les deux listes estampillées Gilets jaunes ont recueillis, réunies, à peine 1% des suffrages aux élections européennes. Un résultat prévisible eu égard au peu d'adhésion que possédaient ces listes au sein du mouvement de contestation.

Les deux listes issues du mouvement des Gilets jaunes ont recueilli à peine 1% des suffrages aux élections européennes le 26 mai, selon les premières estimations.

Alliance jaune, menée par le chanteur Francis Lalanne, a remporté environ 0,5% et Evolution citoyenne, avec à sa tête Christophe Chalençon, moins de 0,5% des voix lors de ce scrutin européen, loin du seuil des 5% nécessaires pour envoyer des élus au Parlement européen.

«A partir de demain, nous allons mettre le feu»

«On nous vole le scrutin», a accusé Christophe Chalençon en assurant à l'AFP qu'il déposerait des «recours» partout en France pour «faire invalider les élections». Son indignation s'explique du fait du rejet, dans les bureaux de vote, des bulletins de vote Evolution citoyenne imprimés par ses partisans sur du papier 80 grammes au lieu du papier 70 grammes imposé. «A partir de demain, nous allons mettre le feu», menace Christophe Chalençon, très remonté.

«C'est décevant, je visais plutôt entre 1 et 2%», regrette de son côté Frédéric Mestdjian, cinquième sur la liste Alliance jaune. Mais il relativise : «Le succès c'est d'avoir pu porter cette liste jusqu'au bout.»

Tous les deux regrettent que le «vote sanction contre Emmanuel Macron», se soit «cristallisé» autour du Rassemblement national (RN).

Au-delà des deux listes, des Gilets jaunes étaient aussi représentés dans des partis qui ont intégré des figures du mouvement sur leur liste. Benjamin Cauchy était ainsi en neuvième position de la liste de Nicolas Dupont-Aignan (DLF, environ 3,6%) alors que Jean-François Barnaba s'est allié aux Patriotes de Florian Philippot (entre 0,5 et 0,7%). L'UPR et le PCF ont également revendiqué la présence de quelques Gilets jaunes sur leurs listes.

La structuration autour de listes électorales a beaucoup divisé au sein des Gilets jaunes, certains considérant que leur mouvement était profondément anti-système et d'autres pensant qu'il fallait intégrer le système pour le changer.

Ce résultat électoral est pourtant loin de refléter l'ampleur du mouvement qui a provoqué la plus grande crise du quinquennat d'Emmanuel Macron. Les reporters de RT France sont en effet allés à la rencontre des Gilets jaunes lors de l'acte 27 de leur mobilisation le 18 mai à Paris pour recueillir leurs confidences sur leurs intentions de vote aux Européennes. Aucun Gilet jaune interrogé par nos équipes n'avait l'intention de voter pour l'une des listes jaunes. «Elles manquent un peu de structure et il est peut-être un peu tard pour qu'elles se structurent», affirmait Philippe qui regrettait également la multiplication des listes Gilets jaunes. «Ils auraient dû faire une seule liste, au moins pour rembourser leurs frais !», déplorait-il avant de confesser qu'il voterait pour le candidat qui aura une chance de l'emporter face à Emmanuel Macron.

Lire aussi : Européennes : désaveu pour La République en marche et ses alliés

Voir plus
dimanche 26 mai
Le parti du Brexit en tête des élections européennes au Royaume-Uni
Preview A l'issue du scrutin européen qui s'est tenu le 23 mai au Royaume-Uni, le Brexit party remporte la victoire, alors que les opposants à la sortie du Royaume-Uni de l'UE ne cessent de remettre en question les résultats du référendum de 2016.

«Les Britanniques s'en mordent les doigts» ; «une énorme erreur», «une majorité de Britanniques défavorables au Brexit»... A rebours des annonces successives remettant en cause les résultats du référendum britannique sur le Brexit, celui-ci apparaît plus que jamais comme une priorité pour nombre d'électeurs qui ont massivement plébiscité le Brexit party, à l'occasion du scrutin européen qui s'est déroulé le 23 mai outre-Manche.

Menée par Nigel Farage, la formation politique qui porte aujourd'hui pour principale ambition de sauver le Brexit, serait largement arrivée en tête, avec 31,5% des voix selon les premières estimations publiées par la BBC. 

Des résultats qui ont une importance symbolique forte à l'échelle européenne alors que le Brexit constitue la plus récente des crises traversées par l'UE.

Au lendemain du scrutin, le Premier ministre Theresa May annonçait officiellement le 24 mai sa démission, expliquant qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin, le temps pour les conservateurs de lui trouver un successeur.

Lire aussi : En larmes, Theresa May annonce sa démission

Après deux reports, la nouvelle date limite du Brexit a été fixée au 31 octobre, sans que personne ne sache encore quelle forme il prendra.

Bénéficiant de la légitimité des urnes depuis la consultation populaire du 23 juin 2016, lors de laquelle 51,89 % des votants, soit 17 410 742 de citoyens Britanniques, s'étaient prononcés en sa faveur, le Brexit est aujourd'hui contesté par un certain nombre de Britanniques et de personnalités médiatiques.

Lire aussi : «Pas besoin de l'UE» : ces Britanniques qui entendent faire valoir la légitimité des urnes

Voir plus
dimanche 26 mai
Victoires du RN et de la Ligue : vers un virage politique radical de l'Union européenne ?
Preview Le triomphe du RN et de la Ligue, alliés au Parlement européen, est un message clair envoyé à Bruxelles. Mais pour influer sur les décisions de l'UE, ils devront rassembler les eurosceptiques de tous bords. Voire s'allier parfois aux conservateurs.

Comme en 2014, le Rassemblement national (RN) est arrivé en tête du scrutin européen le 26 mai, avec entre 23,4 à 23,7% des voix. Si le nombre de députés (24 pour la législature 2014-2019) dans l'hémicycle européen du parti présidé par Marine Le Pen ne devrait pas beaucoup évoluer, cette victoire s'inscrit dans la vague nationaliste qui bouleverse la donne politique depuis des mois dans les démocraties occidentales.

Marginal il y a encore quelques années sur le Vieux Continent, l'euroscepticisme s'est depuis fait une place de choix au Parlement européen, une évolution que ce scrutin confirme. En position de force en France, les eurosceptiques ont également écrasé les débats en Italie. Sous la houlette de Matteo Salvini, la Ligue a fait une percée historique dans le pays, confirmant le succès des élections législatives de mars 2018

Avec entre 26% et 31% des voix en Italie selon les sondages à la sortie des urnes ce 26 mai, le parti du ministre de l'Intérieur italien va devenir l'un des plus puissants de l'hémicycle, et être, en terme de députés, le principal opposant à la CDU allemande sur la scène européenne. En nouant une alliance avec la Ligue et dix autres partis, dont l'AfD allemande (10,5%) et le FPO autrichien, le RN a posé des bases solides à «l'alternance» à l'Union européenne qu'il souhaite mettre en place, pour pousser le bloc vers les positions souverainistes et identitaires qu'il défend.

Les eurosceptiques en ordre dispersé

Si le message envoyé à Bruxelles par les électeurs italiens et français – exprimant la voix de deux des membres fondateurs et deux des principales économies de l'UE – est sans équivoque, le rapport de force ne s'en trouve pour autant pas encore renversé.

Certes, pour la première fois depuis 20 ans, les deux principaux groupes, à savoir le Parti populaire européen (PPE) et l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D) ne disposeront pas de la majorité à eux deux. Mais le grand gagnant de cet état de fait serait, selon toute vraisemblance, l’Alliance des libéraux et démocrates (ALDE), le groupe politique européen que LREM rejoindrait. Et sur lequel le PPE et le S&D devront s'appuyer dans la constitution de leurs propositions législatives.

Je n’ai rien à voir avec Marine Le Pen

Surtout, les eurosceptiques restent à l'heure actuelle en ordre dispersé sur le Vieux Continent. L'écrasante victoire du parti de Viktor Orbán en Hongrie, le Fidesz (52%), et les très bons résultats du parti conservateur et eurosceptique polonais Droit et justice (PiS), arrivé en tête avec 42%, ne devraient ainsi pas profiter à l'alliance RN-Ligue. «Je n’ai rien à voir avec Marine Le Pen», avait rappelé le Premier ministre hongrois avant les élections, déclinant également l'invitation de Matteo Salvini au grand raout des eurosceptiques à Milan, mi-mai. Le dirigeant hongrois ne souhaite pas rompre avec les conservateurs du PPE, malgré la suspension du Fidesz. Quant aux Polonais du PiS, ils préfèrent poursuivre leur route dans un groupe concurrent au sein du Parlement, les Conservateurs et réformistes européens (CRE).

Autre écueil, Marine Le Pen et Matteo Salvini ne profiteront pas non plus du probable succès du Brexit Party en Grande Bretagne (31,5% selon les premières estimations publiées par la BBC). Les nombreux élus portés au Parlement par la formation dirigée par Nigel Farage ne devraient y rester que quelques semaines. Le temps de mener le Royaume-Uni hors de l'Union européenne.

Comment peser sur les décisions de l'UE ?

Dès lors, l'enjeu pour la présidente du RN et le dirigeant de la Ligue va être de créer les conditions d’une coopération entre eurosceptiques de tous bords pour disposer d'une réelle influence sur les législations du Parlement. Pour y parvenir, Matteo Salvini pourra s'inspirer de la coalition qu'il a réussi à mettre en place en Italie avec le Mouvement 5 étoiles (M5S), dont les élus européens siégeaient jusqu'à présent au sein d'un groupe concurrent, Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD). D'autant que le M5S a également réalisé une performance notable ce 26 mai, avec entre 18,5 et 23%, toujours selon des estimations de l'agence Reuters ce 26 mai.

Il n'est en outre pas impossible d'imaginer que l'alliance RN-Ligue n'exclue pas de se rapprocher des conservateurs du PPE, au cas par cas, lors des négociations sur certaines propositions législatives. Le changement de position drastique du RN sur des dossiers clés tels que la sortie de l'UE et l'abandon de l'euro – qui ne sont plus à son programme – et son recentrage à droite sur la scène nationale, laissent entrevoir la possibilité d'un rapprochement entre conservateurs et nationalistes sur certaines questions, sur le modèle de ce qu'a réussi l'Autriche depuis le début des années 2000. La voie à suivre pour avoir du poids dans les décisions de l'Union européenne ?

Lire aussi : Parlement européen : pour faire face aux «extrêmes», Macron veut une large coalition

Voir plus

(Cliquez sur l'image pour faire un don)

PREMIERES REVENDICATIONS RECOLTEES REALISABLES OEUVRANT POUR LE BIEN COMMUN DE TOUS ET DANS LA CONTINUITE DES DROITS DE L'HOMME :

  • L'instauration d'un référendum d'initiative populaire.
  • De nouvelles méthodes de clarté maximum, voir un média informatif dédié à l'économie et le marché mondial.
  • Une limitation de la surconsommation et de la surproduction en limitant la production au besoin du pays, et en exportant le surplus tout en le limitant.
  • Le vote du choix de l'import/export, avec quel pays/entreprises collaborer dans les 5 ans à venir, pour ainsi choisir les futurs produits disponibles en grande surfaces sur la période. Résultant sur une consommation sur le choix et non plus sur la tendance, limitant la surproduction, et incitant les entreprises concurrentes à revolutionner leur production dans un respect maximum de l'écologie.
  • Un système éducatif révisé, accessible et modifié selon les profils de personnes. Surtout pour les personnes handicapées, autistes ou ayant des troubles autistiques.
En collaboration avec


Référendum d'Initiative Populaire